Réaliser une carte vectorielle avec Illustrator [Deuxième partie]

Dans un article précédent, nous avons vu l’intérêt des cartes vectorielles. Aujourd’hui, nous allons voir comment on peut à notre tour réaliser des fonds de cartes vectorielles grâce à Illustrator.

C’est parti

Partons du principe que vous avez installé le logiciel Illustrator sur votre ordinateur. Tout fonctionne et vous êtes déjà familier de ce genre de logiciels (vous avez compris comment gérer des calques et vous avez une idée des outils de base du logiciel). Si ce n’est pas le cas, ne vous inquiétez pas : il existe pleins de tutoriels sur Internet. Repassez dès que vous en saurez un peu plus. Pour les autres, on continue.

La première étape est de trouver une carte déjà réalisée de l’Europe carolingienne. Pas en vectoriel, ça n’existe pas. Mais une bonne vieille image que Google sait nous trouver en deux clics. Normalement, vous devriez finir par trouver celle-ci que j’ai enregistré sur mon ordinateur.

Création d’un nouveau document et importation du modèle

Ouvrez ensuite Illustrator et créez un nouveau document. Pour ce qui est de la taille, une feuille A4 devrait suffire. Veillez à bien choisir le profil « Impression » si vous souhaitez imprimer votre carte après.

On crée un nouveau document
On crée un nouveau document

Une feuille blanche apparait, c’est notre feuille de travail. On peut désormais importer (Fichier > Importer) notre carte téléchargée sur Internet.

Importation
Importation

Tracé des premiers contours

Comme on ne veut pas directement modifier le calque qui contient la carte importée, on le verrouille (Cadenas) et on crée un nouveau calque (icône carrée). Si vous n’avez pas la fenêtre Calques, vous pouvez la retrouver en appuyant sur la touche F7. C’est celui-ci qui va accueillir les premiers tracés de notre document. Pour cela, on sélectionne l’outil « Plume ».

On verrouille calque du modèle et on en crée un nouveau
On verrouille calque du modèle et on en crée un nouveau

 

Sélection de l'outil plume
Sélection de l’outil plume

Grâce à l’outil « Plume », on trace les contours. Le plus simple est de commencer par les contours continentaux sans tenir compte des frontières intérieures. Pour « tracer », il faut placer différents points (en cliquant), tout en sachant que deux points successifs sont reliés par une ligne. Plus, on veut être précis, plus on doit mettre de points. Illustrator appelle ces points, les « points d’ancrage ». Le tracé se ferme, lorsqu’on relie le dernier point au premier.

On commence à tracer les contours
On commence à tracer les contours (observez tous les points qui sont autant de clics)

On n’oublie ni l’Anatolie, ni la Corse, ni la Sardaigne, ni les Îles Britanniques. Enfin, on peut dessiner le cadre de la carte. Pour vérifier tout cela, on masque momentanément le modèle, en cliquant sur l’œil à gauche du calque dans la fenêtre « Calques ». Normalement, votre carte commence à ressembler à quelque chose.

On contrôle en masquant le modèle
On contrôle en masquant le modèle

Création des contours intérieurs

On fait réapparaitre le calque du modèle et on les verrouille tous. Les contours intérieures auront chacun leur calque, afin que l’on puisse les repérer facilement. On crée donc un nouveau calque que j’ai appelé « Royaume Lombard » et qui correspond au Royaume Lombard et aux États du Pape. C’est la premières région que l’on trace.

Pour cela, on utilise toujours l’outil « Plume » et on commence à dessiner les contours qui ne sont pas encore tracés. En revanche, inutile de repasser sur les contours déjà tracés (contours continentaux) mais comme il faut fermer le tracé, on contourne grossièrement la botte italienne.

Première frontière intérieure
Première frontière intérieure

Bien. Mais ces lignes qui coupent la mer Méditerranée ne peuvent pas rester là. C’est vrai et c’est là que l’affaire se complique. La manoeuvre qui suit est délicate mais fait des prouesses. Je vais essayer de vous l’expliquer le plus simplement possible :

  1. On déverrouille le calque « Frontières maritimes » et on clique dessus pour le sélectionner (dans la fenêtre « Calques ») ;
  2. On sélectionne ensuite le tracé de ces frontières maritimes. On le copie (Ctrl/Cmd + C) ;
  3. On verrouiller de nouveau le calque « Frontières maritimes », puis on sélectionne celui du « Royaume Lombard » (toujours dans la fenêtre « Calques »).
  4.  On colle le tracé à son emplacement (Ctrl/Cmd +  + V). Votre tracé des contours maritimes a ainsi été dupliqué dans le calque « Royaume Lombard ». Vérifiez que les autres claques sont bien verrouillés et sélectionnez tous vos tracés (Ctrl + A).
  5. Ouvrez ensuite le Pathfinder (Fenêtre > Pathfinder ou Ctrl/Cmd + ⇧ + F9) et cliquez sur l’icône « Tout diviser » (en bas à droite du Pathfinder).
  6. Vos deux tracés ont été divisés à chaque fois qu’ils s’entrecroisaient. Vous avez donc une multitude de nouveaux tracés. Parmi eux, un correspond au Nord de la Botte Italienne. Les autres, on les supprime.
Le Pathfinder, ça parait compliqué mais c'est magique !
Le Pathfinder, ça parait compliqué mais c’est magique !
On supprime les cadres inutiles
On supprime les cadres inutiles
On contrôle en masquant le modèle
On contrôle en masquant le modèle

Comme vous vous en doutez, on répète l’opération pour chaque espace intérieur. Pour certains espaces, les seules « Frontières maritimes » ne suffiront pas et il faudra aussi dupliquer d’autres tracés. C’est pourquoi le plus simple est toujours de créer un calque par région. Au moins, on s’y retrouve. Et en les verrouillant, on est sûr de ne pas supprimer les calques précédents. Si vous travaillez bien, vous devriez arriver au résultat suivant :

Tous les contours sont tracés
Tous les contours sont tracés. Observez les différents calques créés.

Ca y est ! Vous avez votre fond de carte de l’Europe carolingienne, réalisée en vectoriel grâce à Illustrator. Bon boulot !

Exportation du fond de carte

Vous pouvez ensuite exporter votre carte au format PNG afin de pouvoir l’imprimer ou l’insérer dans un document Word ou sur une présentation Powerpoint (Fichier > Enregistrer pour Microsoft Office). Vous avez aussi le choix de différentes exportations, notamment en PDF (Fichier > Exporter). Ces exportations pixellisent votre document.

Vous pouvez aussi enregistrer votre document Illustrator pour le modifier ensuite (le document PNG n’est pas modifiable). Notez cependant que celui-ci n’est insérable dans un document.

Dans le prochain article, on verra comment mettre en couleur et légender notre fond de carte… Ne le laissez pas trop loin.

Jupo Écrit par :

Derrière l'éléphant, se cache Jupo, un jeune prof de 26 ans. Lyonnais d'adoption, il travaille dans l'académie et parcourt aussi souvent que possible les rues de la capitale des Gaules. Passionné par la photo, les nouvelles technologies et l'histoire-géo, il relate sur ce blog ses envies, ses expériences, ses tests et son humeur.